Interview de Max Ducos : peintre et auteur de livres pour la jeunesse

1. Bonjour Max, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Max Ducos, je vis à Bordeaux, j’ai 19 ans (ou presque) et je suis peintre et auteur de livres pour la jeunesse. J’ai également deux fillettes qui sont deux formidables sources d’inspiration comme de crises de nerfs ! 

2. Où et comment t’es venue cette passion pour le dessin ? T’a-t-elle été transmise par tes parents ?

Je soupçonne une position de tenue du stylo qui a favorisé le dessin plutôt que l’écriture. Mes parents sont amateurs d’art et m’ont toujours encouragé dans cette voie. 

3. Tes livres s’adressent aux enfants mais les adultes apprécient aussi tes histoires, comment fais-tu pour atteindre ces deux publics ?

Moi quand je fais un livre, je pense aux enfants exclusivement. J’essaie de composer une histoire qui amène le lecteur au bout du livre. Cette histoire doit être le juste équilibre entre simplicité et profondeur et j’essaie de développer une vraie relation entre les personnages et leur environnement. J’aime qu’on ressente le lieu.

4. Qu’est-ce qui t’inspire au quotidien pour écrire tes histoires ? 

Le travail de création d’une histoire est très rapide, c’est une sorte de fulgurance qui ne prend que quelques jours. C’est le moment le plus créatif. Tout se fait dans ma tête. Je commence souvent par « où se déroule l’action ?». L’idée arrive et se développe, puis l’histoire s’impose naturellement. Une fois écrite, je prends le temps de faire des illustrations, j’essaie de faire en sorte que ce soit une période d’apaisement qui s’étale sur plusieurs mois. Je respecte mon chemin de fer et j’enrichis de détails. Chaque détail d’une illustration me renvoi à des pensées. Parfois très simples, parfois plus psychologiques ou introspectives.

5. Essaies-tu d'éveiller et sensibiliser tes enfants à l’art ?

 Chez moi, tout ce qui concerne l’art plastique se pratique sans modération. Après je n’impose jamais rien. Je les initie aussi au cinéma, à la musique et à la danse. Il y a une table d’activités au milieu du salon. C’est une table basse couverte d’une toile cirée sur laquelle tout est permis !

6. Qu’est-ce que le dessin apporte aux enfants selon toi ? Quelles sont les sensations que les enfants perçoivent en pratiquant cette activité ? 

Le dessin peut rassurer les élèves en échec scolaire et peux terrifier les premiers de classe. C’est un terrain de liberté où l’imagination prime. Comme l’art en général, il échappe à la technique et fait part belle à la sensibilité. Ce que j’aime avec le dessin c’est qu’à l’école, c’est une discipline vraiment en marge du tronc commun des matières. Il n’est pas assez considéré à mon avis. Le dessin est plus riche et plus complexe que ce qu’on pourrait penser et les enseignants ne sont pas assez formés

7. Que penses-tu de la transmission parents/enfants ? 

 Je crois en la règle de l’imitation. Si je veux transmettre quelque chose à mes filles, je pratique dans un coin de la maison. Elles vont être attirée et vont vouloir faire comme moi. Si je les installe pour une activité, mais que je fais autre chose, il y a moins de chances que ça réussisse ! 

8. Partages-tu une routine quotidienne avec tes enfants ? 

Oui, on marche beaucoup dans la rue. On observe les choses qu’on voit sur notre route, de la lune à l’insecte. Je leur apprends à être contemplatives ; c’est très important pour moi. Je leur chante des chansons, je lis des histoires et je leur fais des blagues récurrentes qu’elles me réclament souvent.


9. Est ce qu’il y a une routine du matin ou du soir que tu trouves pertinente pour des enfants ?

Oui pour le matin, c’est le petit déjeuner en musique ! En arrivant au collège, j’ai perdu l’appétit du matin, et aujourd’hui je le regrette car je suis sûr que cela a eu une incidence sur ma scolarité. J’essaye de bien faire manger mes filles pour qu’elles soient pleine d’énergie pour bien travailler ! 

10. Quels sont tes projets prochainement ? Est-ce qu’un nouveau livre ou une exposition est-elle en cours ?

J’ai deux livres en chantier dont un écrit par l’auteur à succès Clémentine Beauvais, sinon pour les expos, je préfère ne rien prévoir car les évènements s’annulent au fur et à mesure qu’on les organise. Je peins donc pour être prêt lorsque la situation sera rétablie et j’essaye aussi de trouver le temps de répondre à quelques commandes.

 

Pour suivre Max c'est par ici!

www.maxducos.com 

@maxducos_art 

 

 


Article précédent Article suivant