Comment accompagner et guider un enfant à être fort et confiant?

« La confiance en soi, c'est la lumière qui éclaire notre route. » Jean Gastaldi

Au travers de pratiques quotidiennes, de découvertes, de sécurité affective et émotionnelle que nous apportons à nos enfants, nous avons un rôle à jouer dans cet accompagnement pour les guider à se sentir forts et confiants. 

Chaque enfant a sa propre force, sa propre sécurité, sa propre confiance. Quant un enfant a de l’estime pour lui-même il sait reconnaître ses forces et ses limites. L'estime de soi cest avant tout avoir confiance en soi: savoir ce que l’on est capable de faire, croire en son potentiel, en ses capacités de réussir et se connaître soi-mêmeL’estime de soi c’est la vision et l’amour de soi, c’est s’accepter et s'apprécier tel que l'on est, c’est comprendre que l'on a de la valeur, même si tout ce que l'on fait n’est pas parfait! L’estime de soi se construit dès la naissance et se développe au fur et à mesure que l’enfant grandit.
 
Quand un enfant a en lui les quelques bases de ces notions, quand il prend soin de lui, quand il sait qu’il a de la valeur, une bonne vision de lui-même, qu’il se sent fier de ce qu’il accomplit de lui-même c’est un socle qu’il bâtit, un bagage qui dès lors qu’il est installé l'accompagnera tout au long de ses expériences. 
 

I. Renforcer la confiance en soi à travers une activité physique: 

 En ayant une activité physique on prend soin de son corps, on se change les idées, on découvre de nouveaux objectifs, on se dépasse, on apprend, on agit sur son équilibre émotionnel et sur toute sa structure psychique.

Dans la pratique d'un sport, un enfant peut révéler ses talents, il sait ce qu’il vaut. Pratiquer un sport en collectivité, c’est intégrer une équipe avec qui partager des moments forts qui permettent de se sentir bien dans son corps et surtout de dépenser son énergie, ô combien vital pour le bien-être d’un enfant. 

Les enfants qui sont à l'aise avec différents types d'activités physiques sont capables de relever de nouveaux défis, les leçons apprises sur le terrain de sport se répercutent dans les autres domaines de leur vie!

Ce fait est davantage illustré dans plusieurs études, Psychology Today décrit: « Les adolescents qui participaient à des activités sportives ressentent un véritable bien-être, bénéficient d’une meilleure adaptation sociale, se sentent moins anxieux et généralement plus heureux dans leur vie». Ça vaut peut-être le coup de tenter… 

Le niveau de participation peut aller du simple fait d’être impliqué dans une activité juste pour le plaisir, jusqu'à la pratique d’un sport en haute compétition. L’essentiel est d’essayer! Il faut parfois découvrir plusieurs activités avant de trouver LE sport qui corresponde à nos enfants, c’est à nous de les encourager et persévérer! Pour chaque activité expérimentée, ils en tireront des leçons importantes: à faire de leur mieux, à être fier d’eux, à se tenir à un engagement, à persévérer et savoir comment gagner et perdre avec dignité… 

II. La force mentale: 

La force mentale est une pensée magique, elle nous permet d’avancer vers un objectif avec confiance et réussir en dépit des difficultés. C'est une combinaison de progrès, de partage, d'engagement et de dépassement de soi

Une des clés pour donner confiance à son enfant c’est d’élargir au maximum son champ de capacités en lui laissant la possibilité de déployer le plus largement sa personnalité. Puis, au cours de la vie, ce sont les expériences qui apporteront les compétences, l’assurance, la confiance.  

Afin d'aider les enfants à gagner en force mentale et en confiance pourquoi pas leur permettre d'explorer de nouveaux intérêts pour le simple plaisir de découvrir et leur laisser du temps pour leur introspection personnelle? Deux éléments clés qui renforceront leur force mentale et leur confiance en eux. 

« On ne force pas une curiosité, on l’éveille. » Daniel Pennac 

Un élève qui obtient de bonnes notes à l’école est certainement un générateur de confiance mentale, mais il y a d’autres activités qui aident à développer la force mentale: jouer aux échecs, aux cartes, un instrument de musique, faire du théâtre, prendre des leçons de danse, de peinture etc… il faut les laisser explorer leur créativité et qu’ils prennent conscience de ce que cela peut leur apporter. 

 III. La confiance grâce au développement émotionnel: 

« Pour nourrir la confiance d’un enfant, il faut nourrir son réservoir émotionnel! » Anne Partridge 

 

Le développement émotionnel est la capacité de ressentir, d'exprimer et de gérer une variété d'émotions. C’est aussi reconnaître la présence d'émotions chez l'autre et les comprendre. Selon Child Encyclopedia « L'apprentissage émotionnel commence à chaque âge, car les enfants découvrent un large éventail d'émotions et évoluent à mesure qu'ils grandissent». 

Le sentiment de confiance s’acquiert dès la naissance dans ces liens d’attachement si forts qui se créent lorsque l’enfant est un bébé puis tout au long de son enfance, c'est un des facteurs essentiels dans la confiance personnelle de l’enfant. Le regard rassurant du parent lui permet de se sentir en sécurité et de pouvoir se lancer dans les apprentissages de la vie avec confiance. "Les mots et les attentions qu’offrent l’environnement familial, sociétal, colorent les relations et vont remplir le réservoir affectif de l’enfant, en posant une empreinte indélébile dans l’estime de soi de l’enfant.» Anne Partridge. 

En offrant un endroit sûr où ils peuvent développer leur propre force intérieure, en les félicitant, les encourageant à travers des compliments descriptifs, en étant à l’écoute et attentifs à leurs besoins nous participons activement au développement émotionnel de nos enfants:

Également à travers des compliments descriptifs:

  • Aidez votre enfant à remarquer ses forces, ses talents. Ce n’est pas nécessaire de toujours le complimenter, mais soyez attentifs aux détails de ce qu’il fait: lorsqu’il réussit quelque chose, faites-le-lui remarquer afin qu’il en prenne conscience. Par exemple lorsqu’ils nous montrent un dessin plutôt de dire « Tu es un véritable artiste! » (Est ce vraiment crédible?) Pourquoi pas décrire ce que l'on voit, ce que l'on ressent, ce qui nous touche! Ainsi, nous nourrissons l’estime de soi de l’enfant: "Je vois que tu as crayonné là, ça a fait des traits, ça me touche, ah et tu as même mis des paillettes! » Ces descriptions vont auto complimenter l’enfant. Lorsque nous recevons un cadeau de leur part qu’ils ont fabriqué eux-mêmes, comme le fameux collier de nouilles pour la fête des mères, imaginez votre enfant le réaliser à l’école et posez-lui des questions, il aura sûrement des anecdotes à confier, ce qui favorise l’écoute et le lien.  
À travers la vie quotidienne à la maison: 
  • Créer un environnement chaleureux à la maison, où il recevra de l'amour, de la tendresse et de l’attention, un environnement où votre enfant peut se sentir à l’aise, heureux et en sécurité.

  • Accordez-lui du temps. Chaque fois que vous passez du temps avec lui et que vous êtes attentif à lui (comme lui poser des questions sur sa journée) il comprendra qu’il a de la valeur à vos yeux.

  • Laissez votre enfant accomplir des tâches domestiques, donnez-lui de petites responsabilités. Il se sentira utile et en retirera un sentiment de fierté. Dites-lui que vous êtes heureux lorsqu’il vous aide, remerciez-le.

  • Aidez votre enfant à apprendre de ses erreurs. Une bêtise pour nous n’en est pas forcément une pour eux, c’est une expérience! Réparer ensemble cette bêtise plutôt que punir transforme cette mauvaise expérience en sanction éducative. 

  • Donner l’exemple! Montrez à votre enfant ce que c’est que de s’aimer soi-même, et soyez disposé à essayer de nouvelles choses, montrez-lui comment affronter les revers et les difficultés, les vertus de la patience, de la persistance et de faire les choses le mieux possible.

  • Essayez de résoudre les problèmes ensemble. Lorsque l’enfant oublie souvent quelque-chose (son manteau) ou qu’il a du mal à se lever tous les matins: parlez-lui à froid pour l'inviter à réfléchir avec vous. Quand nous avons pu reconnaître et identifier les besoins dans lesquels se trouvent nos enfants, quand ils ont compris nos ressentis, nous sortons du problème et trouvons ensemble la meilleure solution. Pourquoi pas faire une liste et écrire tout ce qu’il propose (pour ensuite faire le tri ensemble?) L'enfant est acteur et se sent entendu! C’est une expérience d’apprentissage pour lui alors restons dans dans une posture d’encouragement et faisons-lui confiance! Et enfin on fait des compromis: moi l’adulte, nai-je pas trop d’attentes? (On est co-créateur! ) 

À l’école: 

  • Constatez avec lui ses limites ou ses difficultés, n’hésitez pas à répéter à votre enfant qu’une erreur n’est pas un échec, c’est une expérience supplémentaire qui fait partie de l’apprentissage. Encouragez-le à s’améliorer. Réfléchissez avec lui sur la manière de faire mieux la prochaine fois. Soulignez ses progrès ou les efforts qu’il fait pour y parvenir.

  • On marque les succès importants! On valorise ses efforts et ses habilités en se rappelant que l’effort demeure toujours plus important que le résultat, « On arrose les fleurs et pas les mauvaises herbes » Anne Partridge. 

  • Comprenez et respectez le fait qu’il sera très bon dans certaines activités, mais pas dans d’autres. Rappelez-lui qu’il faut du temps et de la pratique pour maîtriser de nouvelles compétences et qu’il ne peut pas (toujours) exceller partout. Vous pouvez aussi lui parler de vos succès, de vos échecs et de ce qu’ils vous ont appris.

  • Evitez de l’humilier ou de le rabaisser s’il ne réussit pas. 

Et à travers des activités:

  • Aidez-le à trouver une activité qui lui corresponde, qui lui fasse du bien et dans laquelle il s’épanouisse.

  • Offrez des choix! Encouragez-le à essayer de nouvelles choses: dites-lui que vous êtes fier de lui, que vous avez confiance en ses compétences, en ses capacités.

  • Invitez-le à relever des défis (à la mesure de ses capacités et de son âge) tout en restant réaliste dans vos attentes envers votre enfant.

En nous remettons nous, parents, en question, en examinant la façon dont nous interagissons avec nos enfants nous évitons les pièges qui entravent le gain de confiance chez eux: les critiques continues, la surprotection, l’anxiété excessive, les comparaisons négatives et les attentes irréalistes... En laidant à renforcer leur confiance avec une approche qui met l'accent sur le physique, le mental et l’émotionnel on les accompagne à s’épanouir et à prendre conscience de qui ils sont. C’est notre rôle d’adulte que de les accepter tels qu’ils sont! 

Souvenez-vous, «Rome ne s’est pas construit en un jour». Les enfants se développent à des rythmes différents, cela peut parfois prendre un peu de temps mais nous vous garantissons qu’en ayant confiance en eux, ils y arriveront. 

Nous tenons à remercier Anne Partridge pour ses conseils toujours si percutants et qui nous touchent tout autant. Anne est animatrice des ateliers de la méthode Faber&Mazlish à Bordeaux sur la communication bienveillante. Une approche qui propose des outils humanistes très concrets pour mieux communiquer en famille, pour mieux comprendre les besoins de chacun derrière des comportements difficiles, dans le respect de l’autre et de soi et ainsi apaiser les relations.

Pour retrouver plus d’informations sur cette méthode et plus d'informations sur Anne Partridge c’est par ici


Article précédent